Boulettes de poisson du Danube (Autriche)

Boulettes de poisson du Danube 1

Le pauvre Danube bleu

S’il traverse 10 pays depuis sa source en Allemagne jusqu’à son embouchure dans la Mer Noire, le Danube est souvent associé à l’Autriche qui était d’ailleurs surnommée « la monarchie danubienne » à l’époque austro-hongroise. C’est en outre un compositeur autrichien, Johann Strauss Fils, qui a immortalisé le fleuve dans la célèbre valse Le beau Danube bleu en 1866, œuvre que l’on entend encore régulièrement dans les bals autrichiens.

Il y a quelques semaines, je me suis rendue à une exposition sur le Danube dont je suis revenue avec quelques recettes de poisson distribuées gratuitement. Comme je ne cuisine jamais de poisson, je me suis dit que c’était l’occasion parfaite et je me suis aussitôt ruée sur le marché à la recherche du Saint Graal. Mon enthousiasme a malheureusement été de courte durée car j’ai très vite compris que, même en habitant au bord du fleuve, il était totalement impossible de trouver du poisson du Danube. Les marchands eux-mêmes me regardaient avec des grands yeux, comme si ma requête était complètement surréaliste, et des connaissances se sont même payé ma tête : « Hein? Du poisson du Danube? Mais t’es folle, il est affreusement pollué ce fleuve! » Alors certes, je me doutais bien que le Danube n’était sans doute pas plus clean qu’un autre fleuve, mais est-ce vraiment plus sûr de consommer du poisson venu du bout du monde, élevé on ne sait comment et nourri aux antibiotiques et à je ne sais quelles autres saletés? Ne serait-il pas plus simple de se fournir chez soi, puisqu’on habite au bord de l’eau, plutôt que de polluer encore plus la planète en faisant faire le tour du monde à toutes nos denrées alimentaires?

Long de 3000 km, le Danube est, après la Volga, le 2ème fleuve du continent européen. Malheureusement, il est aussi le 1er fleuve pollué d’Europe ainsi que le 5ème au niveau mondial, le record absolu étant détenu par le Gange. Peu de temps après ma visite au musée, j’ai eu la chance de rencontrer « le dernier pêcheur du Danube » : ce drôle de zigoto possède un superbe domaine en plein cœur de la zone industrielle de ma ville, adresse secrète s’il en est qu’on a maintes fois essayé de lui racheter mais fort heureusement sans succès. A la belle saison, il est possible de louer une table chez Franz, à raison de deux rendez-vous par mois uniquement, et la surprise est de taille : jamais je n’aurais imaginé qu’un tel havre de paix pouvait nicher à cet endroit, c’est-à-dire en face de la plus grande usine de la ville qui crache toujours une fumée impressionnante et au beau milieu des bâtiments grisâtres et autres grands magasins ignobles.

Les réservations chez Franz sont particulières car, pollution oblige, il faut toujours le recontacter quelques jours avant la date prévue pour savoir si l’on pourra venir ou non : il arrive en effet que le pêcheur rentre bredouille de son travail, tant et si bien qu’il ne peut pas toujours contenter ses clients. Je n’aurais jamais pensé que la situation était aussi catastrophique et je trouve ça vraiment triste de voir qu’il aura fallu si peu de temps aux Hommes pour saccager cette réserve naturelle. Et dire qu’au musée il y avait plusieurs photos montrant des gens achetant du poisson au bord du fleuve il y a quelques décennies de cela à peine…. Aujourd’hui, il paraît tellement évident d’acheter des trucs au pifomètre sans même savoir d’où cela vient que la simple question « vous avez du poisson du Danube? » donne aussitôt lieu à des yeux de merlan frit chez votre interlocuteur. Les pêcheurs amateurs existent toujours, bien sûr, mais j’imagine que ça ne doit pas souvent mordre chez eux non plus, ce qui est bien dommage car le poisson que nous avons mangé chez Franz était 1000 fois meilleur que tout ce qu’on peut trouver au magasin ou au marché.

Du poisson du bout du monde

Si je n’ai donc pas trouvé le Saint Graal, je suis quand même revenue avec du poisson du marché, plus précisément avec du poisson dont les vendeurs eux-mêmes ignoraient l’origine. Autant dire que c’était la première et la dernière fois que je faisais mes emplettes chez eux et que je me suis fait une raison : le poisson, je continuerai à faire une croix dessus et je n’en referai que quand je trouverai une offre plus intéressante. A mon avis, il ne me reste que deux options cela dit : soit je sympathise avec des pêcheurs, soit je m’achète mon propre matériel et mon permis de pêche!

La recette que je vais vous proposer aujourd’hui vient d’un pêcheur amateur, « Pepi », et j’ai personnellement opté pour du poisson-chat pour la concocter mais vous pouvez choisir tous les poissons susceptibles d’être trouvés dans le Danube (en cherchant bien….). Les « boulettes » de ce type sont très fréquentes en Autriche, qu’elles soient à base de poisson, de viande ou tout simplement de légumes.

Si jamais vous passez dans le coin, sachez toutefois que le Danube vaut le coup d’œil, et pas qu’un peu. Il est magnifique et il existe de nombreux spots où l’on peut se baigner ou faire diverses activités aquatiques, chose que les Autrichiens font souvent quand il fait beau puisqu’ils ne bénéficient d’aucun accès à la mer.

Boulettes de poisson du Danube 2

 

Autriche

Donaufischlaibchen (boulettes de poisson du Danube)

(pour 2 personnes)

300 grammes de poisson du Danube (hotu, brème, brochet, carpe, gardon, poisson-chat, sandre….)

1 bouillon de légumes

1 gros oignon finement haché

persil finement haché

1 œuf

chapelure

huile neutre

sel et poivre

  • Portez le bouillon de légumes à ébullition et déposez-y le poisson entier. Faites-le pocher 5 à 8 minutes et égouttez-le.
  • Retirez éventuellement les arêtes du poisson et hachez la chair. Ajoutez-y l’oignon et le persil finement hachés, salez, poivrez et formez de beaux palets bien compacts avec vos mains.
  • Cassez l’œuf dans une assiette creuse, mélangez-le à la fourchette et versez la chapelure dans une autre assiette creuse. Faites chauffer de l’huile dans une poêle, plongez vos palets dans l’œuf puis dans la chapelure et faites-les frire à la poêle de chaque côté pendant quelques minutes.

 

Pepi nous conseille une « Kartoffelsalat » ou une salade de pommes de terre à la mayonnaise pour accompagner ces boulettes. Vous pouvez par ailleurs ajouter les légumes de votre bouillon à votre farce ou les proposer en accompagnement pour ne pas faire de gâchis.

Mahlzeit!

Bon appétit!

(Le beau Danube bleu au célèbre Concert du Nouvel An à Vienne en 2008)